cl_ricaux

 

 

        L' archevêque de Lyon Philippe Barbarin organise pour 260 élus un pèlerinage catholique au Vatican, agrémenté d' une audience avec le pape François. Gérard Collomb, Laurent Wauquiez et Christophe Guilloteau notamment seront du voyage.
        Que vont-ils faire là-bas ? La réponse est donnée par l’Église dans son invitation : « Parfois les Élus* peuvent se retrouver écartelés entre les décisions qu’ils doivent prendre, et – le cas échéant – leur engagement politique. Comment concilier les deux ? Notre déplacement au Vatican a pour but de les aider à trouver des réponses. »
          L’évêque Pascal Roland de Belley-Ars précise : « Chaque évêque accompagnera les Élus de son diocèse et nous nous retrouverons tous ensemble pour partager des moments de ressourcements et de prière (Messe, veillée, audience avec le pape), rencontrer des cardinaux dont la fonction n’est pas étrangère à votre propre mission, visiter des sites et des lieux habituellement inaccessibles au grand public. »
        De plus les organisateurs indiquent que « ce pèlerinage à Rome constituera un point de départ pour d’autres rencontres locales sur les thèmes de la Doctrine sociale de l’Église comme l’économie, l’écologie, la famille, le travail ».
       C’ est écrit noir sur blanc, ces élus politiques vont chercher leurs ordres de mission pour faire triompher le point de vue du Vatican dans les affaires politiques et institutionnelles françaises. C’est le retour du cléricalisme le plus pur en violation de la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905.
       Ces élus, censés être « de tous bords », mais pour qui la « laïcité » s' applique surtout aux « supposés musulmans », se retrouvent tous dans le soutien à la doctrine sociale de l’ Église dont le dernier avatar en date est la loi El Khomri qui remplace le code du travail par des textes se rapprochant curieusement de la Charte du Travail mise en place sous le régime de Vichy si ardemment soutenu par l’ Église catholique. Il ne serait pas étonnant que des dirigeants de la CFDT soient du voyage.
         Soyons clairs : que des politiques aillent au Vatican voir le Pape à titre privé et sur leurs deniers personnels (ce qui ne semble pas être le cas si l’on en croit la presse), il n’y aurait rien à y redire. Mais là, ces élus politiques participent es-qualité à cette initiative cléricale et son financement reste à éclaircir. En l’ état des choses, la violation de la laïcité institutionnelle est donc caractérisée.
         Il va être intéressant d' observer les prises de position de ces trois personnages lors de la prochaine semaine de commémoration de la loi de décembre 1905 ...

   * :   Vous remarquerez la majuscule à Élus qui montre bien la confusion entre élus du peuple et Élus par Dieu.